fbpx

EMOKO Kyuken

Erosu MOe KOwai – Webmanga

Freddy YAN

Un nekomata passionné

Questions & Réponses

1. Présente toi en quelques mots…
Je me présente Freddy YAN. Depuis avril 2019, j’ai créé et ouvert emoko.moe, un site Internet pour auto-publier mon webmanga sous le nom de plume « EMOKO Kyuken », un nekomata passioné par le dessin vectoriel et attiré/effrayé par l’érotisme.

2. Pourquoi fais-tu le métier que tu fais actuellement ? Par quelles voies as-tu dû passer pour y arriver ?
Je m’étais dit, qu’après 6 années de services dans la numérisation et après un licenciement économique, que c’était un signe pour renouer un lien avec les métiers du graphisme, du web et, surtout pour concrétiser une envie personnelle : « Réaliser une histoire illustrée originale qui serait publiée en ligne avec un accès gratuit comme Maliki ». Pour ce qui est du parcours scolaire, je possède un DEUG en Sciences économiques et de gestion, ainsi qu’un BTS en communication visuelle. Sur le plan professionnel, j’ai pu avoir une expérience en freelance plus ou moins heureuse. Travailler en entreprise. Mais j’ai amplement fait mes armes en devenant le DA et le 3ème dirigeant d’une association de loi 1901. Côté dessin, comme pour beaucoup d’artistes, j’ai commencé étant enfant. Cette passion a pris de l’ampleur pendant mes années lycéennes. Tout d’abord en recopiant maladroitement le style de mangakas que j’adorais et en autodidacte. Puis au travers de mes formations et d’un travail assidu, j’ai consolidé bases et connaissances. Encore aujourd’hui, je continue de me former. Et je peux clamer ouvertement que je suis un pro-digital spécialisé dans le dessin vectoriel avec un style manga. XD

3. As-tu des mentors ou des personnes en particulier qui t’ont aidé dans ton métier ?
Mes mentors sont les différents formateurs que j’ai eu pendant mes deux années en école d’arts appliqués. Ce sont des personnes qui savent partager leurs connaissances, leur expérience de leur réalité et surtout qui donnent envie d’apprendre, de se dépasser. Puis, il y a les amis qui ont su ne pas me ménager en fournissant une critique argumentée de mon travail tout en me félicitant lorsqu’il est bon. Ensuite, les personnes non artistes qui ont apporté un regard, une vision, un avis extérieur. Et enfin, les quelques ennemis que j’ai eu, fut une véritable délectation personnelle de prouver qu’elles étaient trompées. Oui, j’ai un côté revanchard. (^_^) Pour quasiment toutes ces personnes, je les remercie dans ma construction professionnelle et personnelle.

4. Où trouves-tu l’inspiration ?
Pour alimenter mon inspiration, je puise énormément dans le manga, la japanimation et les productios vidéoludiques. Mes premières références sont CLAMP(Chobits, XXX Holic), Akira Toriyama (Dragon Ball), Kazushi Hagiwara (Bastard!!), ou encore Itoh Ogure, alias Oh! Great (la Caresse du Fouet, Enfer et Paradis, Air Gear, Bakemonogatari). Du monde du JV asiatique, je peux citer Tetsuya Nomura (Kingdom Hearts), Hyung Tae Kim (Blade and Soul un MMORPG coréen), Yoji Shinkawa (la saga Metal Gear Solid, Zone of the Enders et copain d’Hideo Kojima). Après, rien ne m’empêche d’adorer les travaux de Giger, les écrits de Lovecraft, les peintures de Beksinski, les gravures de Gustave Doré, voire même les illustrations d’un ancien du magazine Playboy, Dean Yeagle. La liste de mes inspirations n’est pas exhaustive tant qu’elle peut servir dans mon travail. Et je peux compter sur Internet, malgré que ce soit une poubelle, reste en même temps, un outil magistral dans l’accès aux connaissances et pour trouver des références. En somme, un vrai paradoxe ! (^_^)

5. Quels sont tes projets professionnels ?
A cet instant, mon projet professionel est de capitaliser sur le travail réalisé avec emoko.moe depuis près d’un an, pour me faire connaître et pouvoir le monétiser. Ce serait la cerise sur le gâteau. Mais pour arriver à cette finalité, je suis en pleine démarche active de création d’entreprise pour avoir un cadre légal et structurer mon activité. Voire à long terme, proposer des prestations et/ou des conseils personnalisées, non seulement dans ce que je sais faire, mais également dans d’autres activités qui nécessitent des compétences graphiques et de conception.

6. Les principaux challenges auxquels tu as dû faire face dans le cadre de ton métier ?
Les principaux challenges qui existent dans les métiers de l’Art restent d’actualité. Donc liste non exhaustive : – Faire face à la forte concurrence ; – Construire son réseau professionnel et personnel ; – Etre polyvalent dans ses connaissances et ses compétences ; – Accepter les bonnes critiques comme les mauvaises ; – Faire face à la malveillance de certaines personnes ; – Estimer son travail à sa juste valeur en tenant compte du rapport qualité/prix.

7. Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lançer dans le même métier que toi ?
En reprenant, point par point les challenges recontrés dans la question 6 : – Se démarquer de la concurrence en proposant un travail original. Dans mon cas, c’est par la proposition de la nudité dans un style manga ; – Faire face à son introversion en sortant de chez soi et en faisant des rencontres ; – Sortir de sa zone de confort en apprenant et en se formant à des choses inhabituelles ; – Commettre des erreurs ; – Etre une personne bienveillante, juste et sincère ; – Ne pas mentir à ses clients et son public.

8. Qu’est-ce que tu ne referais plus ?
Plaire à tout le monde et dire « Oui » juste pour faire plaisir à quelques personnes.

9. S’il te restait une journée à vivre, tu ferais quoi?
Probablement, je ne saurais même pas que ce serait ma dernière journée. XD

10. Tu as le mot de la fin !
En Art, tout est une question de point de vue. Décalez-vous d’un pas pour découvrir de nouvelles perspectives !

Le contacter

Pin It on Pinterest

Share This